L’objectif: la préservation des animaux et des plantes ainsi que de leurs habitats

L’enjeu prioritaire est d’y laisser libre cours à la dynamique naturelle au sein des zones FFH.  Ces zones qui participent au réseau communautaire d’espaces protégés Natura 2000 font aussi partie dans leur quasi intégralité du Parc National de l’Eifel. Dans ces paysages boisés riches en milieux aquatiques,  la dynamique spontanée des habitats devra désormais y être soustraite à toute action humaine. C’est donc un retour à la nature sauvage qui pourra ainsi s’instaurer, profitant aussi bien au développement d’habitats qu’au maintien d’espèces animales et végétales.

Cigogne noire (Ciconia nigra)

Cigogne noire (Ciconia nigra) © Hans Glader

64 hectares d’habitats forestiers naturels:

Bien des espèces animales tels le Chat sauvage et la Cigogne noire sont tributaires de grands espaces boisés encore intactes pour pouvoir s’y établir dans la durée. Les forêts présentes dans ces sites devront à l’avenir se composer d’essences autochtones, tout en assurant de bonnes conditions d’accueil et de protection pour les communautés qui leur sont inféodées.

 

La larve du Plécoptère Dinocras cephalotes se développe dans des ruisseaux de moyenne montagne avant de se métamorphoser en insecte volant

La larve du Plécoptère Dinocras cephalotes se développe dans des ruisseaux de moyenne montagne avant de se métamorphoser en insecte volant © Brigitta Eiseler

Des linéaires de cours d’eau  à zone alluviale encore naturelle sur 60 km, sans interruption de la continuité  écologique

Les truites et les plécoptères comme représentants des communautés aquatiques tout comme les castors inféodés aux zones des berges sont autant d’espèces qui réclament des habitats ayant conservé leur cohérence sur l’ensemble du linéaire d’un cours d’eau. La faune est d’ailleurs tributaire de communautés végétales naturelles aussi bien aquatiques que riveraines, y compris aussi de la préservation d’un lit naturel.

 

Le Cuivré écarlate  Lycaena hippothoe

Le Cuivré écarlate Lycaena hippothoe © Daniel Lück

Cinq hectares d’espaces ouverts:

Localement, des habitats ouverts sont occupés par des pelouses à nard, des prairies de fauche de montagne ou encore des formations à herbacées hautes. Au sein du site, les milieux ouverts ne sont pas naturels, car résultant de pratiques agricoles. Celles très traditionnelles encore en vigueur jusqu’au milieu du siècle dernier y ont attiré dans leur sillage un grand nombre d’espèces de plantes et d’animaux. C’est ainsi qu’une belle palette florale y accueille une riche communauté en papillons. Le Cuivré écarlate recherche des prairies humides et est très menacé en Allemagne.

L’Ecrevisse des torrents (Austropotamobius torrentium) est une espèce protégée au niveau national

L’Ecrevisse des torrents (Austropotamobius torrentium) est une espèce protégée au niveau national © Dr. Harald Groß

Le retour de l’Écrevisse des torrents:

L’habitat prioritaire de l’Ecrevisse des torrents  sont les ruisseaux de moyenne montagne. Les Écrevisses autochtones se sont nettement raréfiées. Pour l’ensemble du Massif de l’Eifel, seule une station à Écrevisse des torrents est encore connue. Avec l’accomplissement de ce projet, les milieux aquatiques de cette zone constitueront une zone d’accueil idéale pour cette espèce. A cette fin, des lâchers dans trois ruisseaux constitueront autant de foyers d’expansion future de cette espèce.